Editorial
Quand partenaires éducatifs et culturels, professionnels et institutions se réunissent et se forment

Agenda

Newsletter

Édito

Faire : autonomie et chantiers vivants à la Belle-de-Mai

N°38 2019
Nous espérons induire dès le plus jeune âge, l'idée d'une ville plus résiliente, d'espaces plus souples et d'usages plus accueillants.

Par le Collectif d’architectes ETC

Nous voyons partout des réactions citoyennes face au manque d’actions des gouvernements devant les crises sociales et écologiques. Greta Thunberg, une militante mondialement connue de 16 ans, incarne cette réaction immunitaire de la société civile que nous cherchons nous-même à encourager dans nos projets. Elle invite les enfants et adolescents à prendre la rue et à revendiquer leurs idées malgré leurs jeunes âges, et nous partageons cette nécessité de réagir et s’organiser pour transformer sans attendre nos modes de vie, nos manières de faire la ville - et ce quel que soit son âge !

Retrouver du commun par le faire, créer des récits et des souvenirs partagés par des chantiers collectifs et vivants : voilà quelques-unes de nos pistes de réponses. Agir concrètement permet d’inclure des publics autrement que par les mots : certains, et notamment les enfants, se sentent souvent plus à l’aise à enfoncer des clous et à peindre des planches qu’à débattre de leurs “envies” sur le “devenir du quartier”. Par ailleurs, souvent plus curieux et débridés que les adultes, ils n’hésitent pas à s’intéresser aux ateliers que nous proposons, et constituent souvent une bonne porte d’entrée vers la mobilisation de leurs parents.

Pour illustrer notre propos, nous pouvons évoquer une expérience singulière que nous avons menée avec un groupe d’adolescents du quartier de la Belle de Mai à Marseille. Avec l’aide d’un centre social local, nous leur avons confié de prendre en main l’aménagement d’une parcelle en friche située dans leur quartier. Plutôt qu’un rôle de simples participants, nous leur avons proposé de prendre la double casquette de commanditaires et de concepteurs, en déterminant eux-mêmes les usages de cet espace et en dessinant les plans de leur projet d’aménagement. Notre contribution s’est alors située dans l’accompagnement et dans l’outillage du groupe d’adolescents pour les aider à concrétiser leur projet de lieu. La dynamique a abouti dans un temps-fort de co-construction où les ados ont pu construire eux-mêmes les espaces qu’ils avaient imaginés. Cette parcelle est aujourd’hui leur terrain de jeu et d’expérimentation privilégié, taillé sur mesure, reflet de leurs aspirations pour la transformation de leur quartier. Au-delà d’un lieu, les adolescents se sont dotés d’un outil d’émancipation qui leur permet aujourd’hui d’organiser leurs propres événements ouverts aux publics afin de financer de nouveaux projets, notamment un voyage à Londres.

Nous revendiquons une manière de construire des espaces communs qui soit ouverte aux personnes qu’elle concerne et transversale dans les outils qu’elle propose. Pour les enfants comme les adultes, nous nous plaisons à proposer des méthodes pour les espaces comme un jeu, avec des règles communes facilement partageables et transmissibles, tout en ménageant une grande marge d’improvisation et de liberté. Par-là, nous espérons induire dès le plus jeune âge, l’idée d’une ville plus résiliente, d’espaces plus souples et d’usages plus accueillants.

Collectif ETC