Edito
Pour changer le regard sur l’architecture, nous devons nous atteler à faire tomber les préjugés

Agenda

Lettre d'information

Édito

« Transmettre l’Architecture ® » vient jusqu’en Catalogne

Ateliers JPO
Karine Mendiboure
N°26 2016
Pour changer le regard sur l’architecture, nous devons nous atteler à faire tomber les préjugés

Par Karine Mendiboure,
architecte et Conseillère à l’Ordre des Architectes Languedoc-Roussillon.

Conseillère à l’Ordre des Architectes du Languedoc Roussillon depuis bientôt trois ans, membre de la commission communication et membre du CA de la Maison de l’Architecture de Languedoc-Roussillon, la question de la communication qu’elle soit auprès des confrères ou du grand public a toujours été au cœur de mes préoccupations.

Je suis persuadée que pour changer le regard sur l’architecture, nous devons nous atteler à faire tomber les préjugés qui blessent notre profession au quotidien. Il est indispensable de sensibiliser le grand public et cela doit commencer dès le plus jeune âge auprès des futurs citoyens, usagers, acteurs, décideurs qui occupent nos écoles.

C’est lors d’un petit atelier que j’ai organisé pendant les « Journées Portes Ouvertes des Architectes » que j’ai mesuré l’impact que la sensibilisation auprès des jeunes enfants pouvait avoir sur leur regard sur l’architecture. Par exemple, faire découvrir à un enfant qu’un bâtiment peut revêtir différentes toitures peut l’amener à lever les yeux sur ce qui l’entoure. J’ai donc décidé que, tout d’abord je me formerai pour apprendre à parler d’architecture aux enfants. Et dans un souci  de rapprochement des confrères, de proximité et de délocalisation des métropoles, j’ai proposé avec l’aide de la Maison de l’architecture de Languedoc-Roussillon, d’accueillir la formation « Transmettre l’Architecture ® » à Perpignan (réalisée par l’ENSA de Grenoble et la MA de l’Isère). La M’a LR est très investie dans ce domaine et organise de nombreuses interventions auprès des écoles de Montpellier. Cependant, comme dans de nombreuses villes de France, tout reste à faire sur Perpignan. C’était également l’occasion de tendre la main à d’autres architectes qui, comme moi, croient en la transmission de l’architecture.

La formation s’est déroulée sur 2 jours, pendant lesquels des liens se sont rapidement tissés, entre stagiaires et formateurs, tous partageant la même motivation. Un travail d’abord sur soi pour savoir pourquoi et quoi transmettre aux enfants, question primordiale à laquelle j’espère pouvoir répondre lors d’un premier atelier qui aura lieu en mai à Perpignan, auprès d’enfants âgés de moins de 3 ans…

Karine Mendiboure